Le tempérament et les neuf types de l’Ennéagramme

La veille de sa mort, il y a plusieurs mois, David Daniels mettait un point final à cet article sur le Tempérament. Il nous avait déjà parlé dans le passé de son intérêt pour cette étude scientifique portant sur 133 enfants (66 garçons, 67 filles) de 1956 à 1970. Je vous en donne la traduction quasi littérale, en soulignant l’intérêt principal : les deux chercheurs qui entreprennent cette étude relèvent neuf caractéristiques du tempérament dans la tranche d’âge de trois mois à dix ans qui correspondent étrangement aux modes d’attention des types de l’Ennéagramme. La semaine passée, ses enfants J.D. et Denise ont choisi de publier cet article à titre posthume. 

Trois faits saillants :

  • Pour la crédibilité et la légitimité de l’Ennéagramme, cette étude est une vraie bonne nouvelle : elle est unique en son genre et fait référence dans le monde entier.
  • Dans la même dynamique que les neurosciences, il semble que, dans ce que nous sommes, la partie innée de nous-mêmes soit plus grande que tout ce que l’on avait pu supposer. Chacun d’entre nous aurait une ou plusieurs réponses à l’environnement particulière dès l’âge de trois mois et récurrente sur la durée jusqu’à au moins dix ans.
  • David estime que la plupart des parents sont démunis face à un enfant auquel ils ne comprennent rien. Or, ces mêmes parents ne demanderaient qu’à trouver le juste cadre pour aider cet enfant à se développer dans les meilleures conditions. Connaître son tempérament ne peut qu’aider à ajuster notre « éducation ».

« Ce que nos réactions somatiques révèlent de ce que nous sommes…

Avez-vous remarqué qu’en plus d’une structure de caractère particulière (facilement identifiable grâce à l’ennéagramme), nous manifestons aussi des schémas somatiques tout au long de notre vie ?

Par exemple, nous pouvons remarquer qu’une personne est plutôt calme, renfermée, prenant du temps pour répondre aux situations, alors qu’une autre peut être plutôt bruyante, avec une réactivité rapide, voire confrontante ? Certains d’entre nous sont davantage extravertis, alors que d’autres seront plutôt introvertis ; certains d’entre nous plutôt facilement irritables, d’autres rarement énervés ; certains réagiront agressivement, d’autres réagiront gentiment ou pas du tout.

Avons-nous « choisi » comment réagir aux situations quand nous étions petits ? Ou est-ce que « quelque chose en nous », quelque chose qui dépend de la façon dont nous sommes conçus, a choisi la réaction apparemment automatique à notre place ?

Les mères disent souvent qu’elles ont vécu une expérience différente de chaque petit enfant, même in utero.

Pourquoi ?

Le Tempérament

C’est l’heure de parler du tempérament, c’est-à dire de la nature innée de la personne, d’autant plus que cela détermine beaucoup de notre comportement automatique habituel. C’est ce qui s’active pour mieux faire face et répondre à l’environnement. Personnellement, je sais que j’ai lutté avec mes schémas somatiques tout au long de ma vie. Ceci dit, mon travail de développement personnel a changé la façon dont je manifeste et gère ces schémas ; je  suis maintenant moins dépendant d’eux. J’ai construit des capacités à répondre différemment aux situations, ce qui n’empêche pas le schéma originel d’être toujours là et  de toujours surgir comme première réponse possible.

Par exemple, en tant que type 6, je sais maintenant que j’amplifie facilement les situations potentiellement dangereuses et tout ce que je considère comme “non fiable”, mais j’ai appris à identifier ces tendances et à travailler dessus. Je peux maintenant “appuyer sur Pause” et me demander comment j’amplifie le scénario catastrophe d’une situation donnée.  Apprendre à réguler me donne la possibilité de garder mon anxiété sous contrôle et me libère d’autant des contraintes habituelles de mon schéma réactionnel inné (générateur d’anxiété).

Alexander Thomas et Stella Chess, dans leur étude réalisée entre 1956 et 1988 (voir Thomas & Chess : Temperament and Development, New York, Brunner/Mazel, 1977) ont découvert neuf, oui neuf, styles de tempérament chez les très jeunes enfants, âgés de 3 à  18 mois… Les enfants de moins de trois mois n’avaient pas été retenus dans leur étude parce que le temps et l’investissement pour examiner ces enfants les plus jeunes étaient trop élevés. Sur la durée, le développement continu de ces neuf schémas  (types) a été également reconnu.

Ci-dessous les neuf tempéraments décrits par Thomas et Chess. Remarque : dans leur étude longitudinale, aucun tempérament n’était plus ou moins émotionnellement sain qu’aucun autre.

Tempérament David Daniels 

Remarquables découvertes, car elles établissent qu’il y a davantage en nous que la partie acquise/éducative dans ce que nous sommes et sommes devenus. Également intéressant, le fait que ces neuf tempéraments identifiables s’alignent si bien avec les neuf structures de l’ennéagramme. Comme je l’évoquais plus tôt, de nombreuses mères ayant eu deux enfants au moins témoignent de  grandes différences  entre les personnalités de leurs enfants, y compris au niveau de leur activité et de leurs mouvements in utero. Même s’il y a de nombreuses variables possibles auxquelles attribuer ces différences, le tempérament inné,  tel qu’il se développe in utero, pourrait bien s’avérer un facteur signifiant.

Le tempérament, tel que nous pourrions le comprendre, est  une « façon dont nous sommes biologiquement organisés », profondément ancré dans notre soma, il est le système de réponse fondamental de notre corps. Travailler avec notre tempérament pour modifier notre système de réponse demande du temps et une certaine conscience de soi, mais ce travail peut mener à une plus large « flexibilité de réponse ». Cet objectif vaut la peine dans le champ de notre développement personnel. Gardons bien présents à l’esprit qu’il ne s’agit pas de changer un tempérament pour un autre, parce que ça, c’est extrêmement difficile, voire impossible. Il s’agit plutôt de comprendre le fond de notre tempérament, de l’accepter, d’en voir les bénéfices, et d’essayer de l’élargir en travaillant sur nous.

Par exemple, un enfant de type Trois avec un niveau d’activité élevé est souvent considéré comme hyperactif, puisqu’il ne ralentit que rarement pour prendre conscience de ses sentiments dans le flux de l’action. Or, comme l’action est fondamentale dans son tempérament, il/elle n’a qu’une envie : faire quelque chose, demeurer actif, occupé, en mouvement.

Avec l’enfant de profil Quatre, le tempérament associé est « d’humeur changeante », ce qui veut dire basculer de sentiments positifs (joie et euphorie) à des sentiments négatifs, comme la tristesse ou le manque affectif, qui renforcent la croyance que l’on est déficient ou anormal. Le chemin de développement de cet enfant passe par appendre que les sentiments ne sont pas forcément valides. Avec le temps, ils doivent devenir conscients qu’une croyance négative de base peut impacter leurs sentiments autant que quelque chose d’extérieur qui les percuterait violemment. Autrement dit, les sentiments sont guidés par la connexion et l’amour (pour soi-même et pour les autres) ainsi que par les défis que nous rencontrons à certains moments, et sont d’autant plus  authentiques qu’ils n’émanent pas d’un sens inné de déficience.

Un enfant de base Huit exprime une certaine intensité et une forte réactivité ; c’est un enfant qui n’aime pas qu’on l’empêche de faire ce qu’il/elle veut. Le chemin de développement consiste à élargir la gamme de ses impulsions pour inclure dans son schéma de réactivité des réponses plus tempérées, et   remarquer aussi combien des réponses fortes peuvent impacter les autres. Enfants, ils peuvent grandement souffrir d’être punis pour leur exubérance ou leur explosivité, ce qu’ils peuvent internaliser comme injuste et douloureux et en arriver à croire qu’ils sont fondamentalement destructeurs d’une façon ou d’une autre.

Lorsque nous parvenons à reconnaître le tempérament inné de l’enfant, une énorme quantité d’information sur cet enfant devient accessible, nous donnant pas mal de matériau sur lequel travailler en tant que parents,  frères et sœurs, professeurs ou accompagnants. Par exemple, l’enfant de profil Trois peut être félicité, pas seulement pour ses performances mais aussi pour avoir ralenti le rythme, pour avoir eu des sentiments, pour avoir exprimé ses sentiments, ou avoir juste été présent à lui-même alors qu’il était désoeuvré. L’enfant Quatre peut être pris dans les bras, réconforté, et on peut aussi lui rappeler qu’il y a d’autres vérités à explorer que ses sentiments fluctuants, et qu’il est « ok » malgré ses bouffées de sentiments négatifs sur lui-même et sur ses proches. L’enfant de base Huit peut être amené à apprendre de nouvelles façons d’exprimer son énergie et interagir avec les autres, comme apprendre à adoucir son contact, à être simplement présent et réceptif aux autres, et à ressentir sa propre douceur. Ce ne sont que des exemples, mais importants à prendre en compte.

Faire la différence dans le développement de l’enfant

Connaître les styles de tempérament -comprendre nos différences innées essentielles- permet aux parents et aux accompagnants d’éviter de se demander comment tel enfant peut être si différent d’eux et donc de le mettre dans la honte -voire de le punir- juste parce qu’il est différent. Avec cette connaissance, nous devenons capables de nous ajuster à chaque enfant, et aussi de l’amener à s’ajuster lui-même à son environnement. Encore plus important selon moi : comprendre et respecter les styles de comportement comme différents les uns des autres nous permet d’aimer chaque enfant d’une façon qui encourage le développement de l’enfant, l’acceptation de lui-même et sa capacité à trouver son bonheur.

Par exemple, savoir qu’un enfant est du tempérament correspondant au type Quatre de l’Ennéagramme nous aide à comprendre que cet enfant est extrêmement sensible à la façon dont on prend soin de lui, dont on l’écoute et essaye de le comprendre ; savoir qu’un enfant est du tempérament correspondant au profil Trois nous permet de comprendre comment cet enfant  se concentre sur la réalisation et la performance et peut  négliger ses propres sentiments et son authenticité ; et savoir qu’un enfant est du comportement correspondant à la base Huit nous permet de comprendre la surabondance d’énergie, ce qui nous aide à donner à cet enfant l’espace, l’autonomie et le juste cadre dont il peut avoir besoin pour son développement.

Impact sur les parents et accompagnants

En lisant cet article, prenez le temps de réfléchir à votre propre tempérament -ou à son équivalent sur l’Ennéagramme- ainsi qu’au tempérament de vos proches. Réalisez combien cette compréhension peut faire la différence sur comment vous réagissez envers vous-même et envers les autres. Evaluez combien cette compréhension, basée sur votre propre profil, peut faire la différence à votre ouverture au changement -flexibilité de réponse- et à un chemin de développement constructif.

Lorsqu’en tant que parents et accompagnants nous reconnaissons les neuf tempéraments innés –les neuf fondements des types de personnalité-, nous pouvons adapter notre style parental spécifiquement à chaque enfant avec lequel nous interagissons.

L’importance de l’Ennéagramme

De mon point de vue, ce genre de connaissance donne toute sa valeur à l’Ennéagramme. Avoir à notre disposition un outil qui peut impacter si fortement nos interactions (non seulement avec les autres mais aussi avec nos enfants) est le plus beau cadeau que je puisse imaginer.

Le parent adaptatif

Ma recommandation serait que nous adaptions notre éducation parentale au tempérament de l’enfant, et pas le contraire, qui serait de forcer un enfant à être comme nous ou à ressembler au modèle que nous pensons qu’il devrait être.

Nous devrions transmettre l’Ennéagramme aux parents et aux accompagnants, professeurs des écoles et directeurs d’écoles, pour essayer de faire en sorte que chaque enfant dans notre société puisse avoir les meilleures chances de développer une personnalité équilibrée, une bonne estime de lui-même et un « sain sens des autres » ; le développement de chaque enfant est critique pour la réussite et le bien-être de notre espèce. Aussi, l’Ennéagramme peut être considéré comme un contributeur vital pour le rôle de parent et le développement d’une enfance saine. « Ne le changez pas, mais aidez le à équilibrer sa propre version de son type/tempérament »  »

 

Temperament and the Enneagram

 

Chaque année, Marion Gilbert anime à Paris des stages de « Prendre conscience de sa réactivité somatique » pour mieux accompagner.

http://www.cee-enneagramme.eu/evenements/

Cee-Enneagramme

Envie de ...
mieux vous connaître,
découvrir ou apprendre l’Ennéagramme ?

Inscrivez vous à la newsletter du CEE.

Vous recevrez toute l'actualité du CEE, les analyses de film, les témoignages ainsi que les dates des prochains stages et événements.

Votre inscription a bien été prise en compte.