helen-palmer-2Même si elle en donne un peu sur son site www.enneagram.com, rares sont les informations sur Helen Palmer.

Son parcours est pourtant étonnant : après un cursus en psychologie, Helen va s’intéresser à l’intuition. De ses recherches, elle bâtira le « Center for Intuition Training » (C.I.T.I.) qui proposera une véritable formation pour développer et entraîner son intuition. Les participants viendront des quatre coins des Etats-Unis, de tous les niveaux sociaux, jusqu’à de hauts fonctionnaires du gouvernement. Alors qu’elle a déjà répertorié plusieurs modes d’intuitions, sa route va croiser, en 1970, celle de Claudio Naranjo et de l’ennéagramme. Intéressant : il y a de nombreuses analogies entre les différents modes d’intuition qu’Helen a défini et les neuf profils de l’ennéagramme…

Par ailleurs, c’est dans son groupe de travail avec Claudio que seront découvertes les passerelles entre les neuf profils de l’ennéagramme et les profils de la psychologie (DSM).
Comme beaucoup d’autres fervents de la tradition orale, qui permet d’éviter les caricatures des profils dans un climat d’écoute et de respect, Helen sera désarçonnée par l’apparition du premier livre sur l’ennéagramme en 1984. Après réflexion, elle fera le choix de la vulgarisation de l’outil ennéagramme, en publiant elle-même plusieurs ouvrages. Ses deux principaux livres : L’ennéagramme pour mieux se connaître et comprendre les autres et L’ennéagramme en amour et au travail sont considérés comme des références et sont traduits en 28 langues.

Développement et crédibilité de l’ennéagramme

Helen a contribué au développement et à la crédibilité de l’ennéagramme à plusieurs niveaux :

  • Elle a rassemblé les différentes écoles naissantes pour la première Conférence Internationale de l’ennéagramme sur le campus de l’Université de Stanford. Un code de déontologie sur la diffusion de l’ennéagramme y sera instauré.
  • Helen a animé plusieurs programmes Ennéagramme dans différentes universités dont Harvard où elle est intervenue sur le thème « Ennéagramme et Négociation ».
  • Elle a réussi à faire inscrire des stages ennéagramme dans le programme de formation continue des psychologues américains.
  • Helen a animé pendant plusieurs années des stages à l’Institut Esalen (www.esalen.org), prestigieux centre de développement personnel, connu dans le monde entier depuis 40 ans.
  • Soucieuse de pérenniser la déontologie de l’ennéagramme et le respect de la personne, Helen va s’associer avec le Dr David Daniels en 1988 pour créer le Programme de Formation Professionnelle à l’Ennéagramme, d’où sont sortis plusieurs centaines d’animateurs certifiés.

Après avoir contribué à crédibiliser l’ennéagramme dans le monde de la psychologie et dans le monde universitaire, Helen va retrouver ses premiers amours : l’intuition et l’élargissement de la conscience.

Pendant toutes ces années, Helen a toujours considéré que le type Ennéagramme n’est que secondaire. Elle voit le type comme un agent de changement, un fil conducteur qui permet de travailler sur soi plus clairement pour élargir sa conscience.

Ses recherches sur la conscience et l’intuition l’amèneront à rédiger un livre sur le sujet : Inner Knowing qui reprend le point de vue de plusieurs auteurs sur ce sujet : Carl Jung, Daniel Goleman, Krishnamurti, Bruno Bettelheim, Charles Tart…

Le couronnement de ses travaux se concrétisera par son invitation à la première réunion de l’Institut Waldzell (www.waldzell.org), au même titre que trois prix Nobel dont le prix Nobel de la Paix et le prix Nobel de médecine.

Helen y est présentée comme « Spécialiste reconnue dans le champ de l’étude de l’ennéagramme, enseignante en psychologie, animatrice de sessions sur l’intuition, Helen a fourni d’originales contributions pour définir comment la méditation et le travail sur la conscience peuvent s’enrichir de la connaissance des neuf profils de l’ennéagramme. »
Les années suivantes, les noms des autres invités de cet Institut donnent du poids à cet honneur : le Dalaï Lama, de nombreux Prix Nobel, des musiciens, des philosophes, des écrivains, des physiciens de toutes nationalités.

Quelques données sur cet Institut, bien en phase avec les idées d’Helen :

Missions de L’Institut Waldzell

Faire en sorte que la « quête de sens » devienne une préoccupation importante de notre société.
Proposer à des personnes célèbres de mettre leurs compétences au service de projets dont l’objectif est le développement spirituel.
Contribuer à ce que de plus en plus de personnes avancent sur leur chemin de développement, afin que leur élargissement de conscience finisse par toucher les entreprises et les rende plus « responsables ».

La mission de l’Institut Waldzell est de faire en sorte que la quête humaine pour une vie remplie de sens devienne une préoccupation importante de notre société et de souligner cet objectif aux yeux des entreprises qui agissent en tant que structures responsables, donneurs de valeurs.

Nous vivons une époque de changements dans les domaines de la science, de la vie quotidienne et de la politique. D’un côté, des découvertes scientifiques sur les origines de la vie touchent aux fondements de nos traditions et révolutionnent nos valeurs éthiques et légales. D’autre part, la croissance du chômage et les excès de la société de consommation créent l’envie de s’ouvrir à de nouvelles valeurs. En plus des débats sur un nouvel ordre économique et politique, sur un développement écologique durable, bon nombre d’occidentaux se posent des questions sur le sens de la vie.

L’Institut Waldzell prend à coeur cette quête de sens et de réalisation de soi. Le succès mondial des livres de Paolo Coelho -qui sera un des invités 2005 de l’institut- est la preuve de cette tendance grandissante. Cette initiative espère établir un cadre au sein duquel des individus et des organisations pourront se pencher sur le processus de transformation nécessaire au seuil de la naissance d’une nouvelle ère.

Malgré les progrès quantifiables réalisés par la science au XXème siècle, plusieurs domaines de connaissances sont restés pour ainsi dire inexplorés. Beaucoup d’entre eux sont au cœur des préoccupations générales ambiantes et touchent à des questions philosophiques telles que « Qu’y a t il derrière le mot conscience ? »

Conclusion
Depuis cette invitation à l’Institut Waldzell, Helen a décidé de limiter des interventions classiques sur l’ennéagramme et de se concentrer sur des thèmes comme « Ennéagramme et vie spirituelle » où elle synthétise ses connaissances en psychologie, sur l’intuition et sur le développement spirituel avec le support de l’ennéagramme.