Critiques envers eux-mêmes et envers les autres, les Un tendent à croire qu’il n’y a qu’une « bonne » façon de faire les choses.
Ils se considèrent souvent comme les défenseurs de l’intégrité et de l’éthique et peuvent retarder une décision par peur de faire une erreur. Utilisent souvent les mots « devrait » et « aurait dû ».

 

PASSION :
la colère

VERTU :
la sérénité

Le type en vidéo

J'aime

  • Me comporter correctement
  • Mettre de l’ordre
  • Avoir raison
  • « Bien » faire mon travail
  • M’améliorer

Je n'aime pas

  • Les tricheurs, ceux qui enfreignent les règles
  • Les critiques injustes
  • Le désordre

Vous avez perdu de vue  qu’il y a peut-être une bonne raison pour les choses soient comme elles sont.

Vous croyez  que le monde punit les « mauvais » comportements et que vous ne pourrez gagner de la valeur et de l’amour  qu’en étant aussi bon et parfait que possible.

Votre stratégie d’adaptation : Vous comparer avec les autres ; remarquer l’erreur et la corriger ; supprimer colère et pulsions : être aussi responsable et droit que possible.

Piège : Persister à vouloir gagner de la valeur en agissant correctement.

Energie motrice : La colère, le ressentiment et la culpabilité à tout ce qui semble mal ou qui n’est pas à la hauteur de normes élevées.

Vous évitez de : faire des erreurs, perdre le contrôle, être mauvais.

Vos points forts : Intégrité, souci d’amélioration, rigueur, discipline.

Paradoxe : la « bonne » façon de faire n’est pas toujours forcément la meilleure.

Chemins de développement :

  • Comprendre que la correction et la droiture ne font pas partie de l’ordre naturel des choses
  • Acquérir de la compassion envers soi-même
  • Reconnaître et minimiser la petite voix intérieure critique
  • S’accorder du temps pour se détendre, s’amuser et vous accepter tel que vous êtes

Tâche ultime : Accepter les différences, les erreurs, les désirs naturels et le « côté obscur ».

La proposition de base

Vous avez perdu de vue le principe fondamental que chacun de nous est un et parfait tel qu’il est. Ce que vous avez été amené à croire à la place, c’est que les gens ne sont pas acceptés pour ce qu’ils sont, et que le monde juge et punit les mauvais comportements. Vous avez appris à gagner de la valeur et de l’amour en étant quelqu’un de bien, en corrigeant les erreurs et en vous soumettant aux exigences de votre esprit critique. Vous avez souvent supprimé vos envies et besoins personnels. En parallèle, vous avez développé du ressentiment, de la colère rentrée ou de la culpabilité envers vos impulsions, vos mauvais comportements ou ce qui était considéré comme incorrect. Votre attention va naturellement vers ce qui est mal et ce qui doit être corrigé ou amélioré.

Le thème central de transformation

Pour aller vers la transformation, un Perfectionniste a besoin de se laisser moins dominer par les sommations de son esprit critique et, en même temps, de retrouver la sensation d’être un tout indivisible. Cela veut dire comprendre et apprécier que ce que vous jugez souvent comme « mauvais » est en fait simplement « différent », parce que cela dévie de votre idéal imaginaire. Les Perfectionnistes ont besoin d’apprendre à observer leur esprit critique et à le séparer clairement de l’estime de soi. Cette difficulté ne vient pas du fait d’avoir des normes élevées ou de nombreuses normes, mais du pouvoir de cet esprit critique incessant à décider ce qui doit être fait pour être quelqu’un de bien.

Six chemins de croissance pour les Personnes de type 1

  • Détendez régulièrement la domination de l’esprit critique
  • Considérez les erreurs, les fautes et l’imperfection comme des différences
  • Observez la récurrence de l’esprit de comparaison (bien/mal, parfait/imparfait)
  • Accueillez la colère et la culpabilité comme des alertes signalant un comportement « inacceptable » (souvent ce qui est interdit)
  • Entraînez-vous à l’acceptation des différences et au pardon (pas pour vous améliorer encore)
  • Intégrez  instincts et désirs